Actualités

  Accueil > Actualités
Retour
07/10/2019

Les salariés des PME risquent d’être privée de Prime Macron cette année  

La prime Macron aura-t-elle le même succès cette année ?

Inscrite dans le projet de Loi Finances de la Sécurité sociale 2020 (PLFSS) présenté la semaine dernière, la prime Macron aura-t-elle le même succès en 2020 ?

Souvenez-vous, décembre 2019. En pleine crise des gilets jaunes, le président prend une mesure exceptionnelle pour doper le pouvoir d’achat des français : autoriser les entreprises à verser une prime aux salariés. Dès le mois de décembre, 400.000 entreprises avaient joué le jeu en versant 2,2 milliards d'euros de prime à 5,5 millions de salariés, pour un gain moyen de 400 euros. L’Insee précisait mêmeque 200.000 salariés avaient touché la prime dans son intégralité, c’est-à-dire une somme de 1 000 euros. Il faut dire que cette prime était exonérée d'impôt sur le revenu, de cotisations sociales patronales et salariales et de prélèvements sociaux et concernait tous les salariés dont la rémunération mensuelle brute est inférieure à trois Smic, soit 3.600 euros par mois environ. Inscrite dans le projet de Loi Finances de la Sécurité sociale 2020 (PLFSS) présenté la semaine dernière, la prime Macron aura-t-elle le même succès l'an prochain ?

Pas sur. Car le Premier ministre Édouard Philippe va conditionner le versement de la prime "à l'existence ou la mise en place par l'entreprise d'un accord d'intéressement dans l’entreprise. Or la plupart des PME ne disposent pas d’accord de ce type. Selon le ministère du travail, à peine 10 % des entreprises de moins de 50 salariés ont signé un accord d’entreprise. Pour les sociétés de moins de 100 salariés, le chiffre plafonne à 20 %. Du coup, la grogne commence à monter du coté des petits patrons qui dénoncent une complexification d’un système conçu pour être souple. En réponse, Edouard Philippe a annoncé que cet accord pourra exceptionnellement être conclu pour une durée inférieure à trois ans. Pas sur que cela suffise.